industrialiser les produits innovants des startups et PME

Le défi

Nous avons la chance de posséder de nombreux atouts : un tissu industriel riche, combinant startups, bureaux d’études, designers, entreprises de logiciel, PMI de portée internationale, plateformes et fablabs, tout un réseau de sous‐traitants et de fournisseurs, incubateurs, pôles et accélérateurs.

Pour autant, lors de la transition du prototype vers l’industrialisation, de nombreuses startups sont confrontées, par manque d’expérience, à des difficultés importantes tout au long de la chaîne : conception industrielle, sourcing, fabrication, certification, supply chain et logistique, support et SAV … Et c’est aussi parfois le cas de PME traditionnelles soucieuses de développer de nouveaux produits innovants.

Forts de ce constat, et de la capacité des acteurs à travailler ensemble pour répondre de manière mutualisée à ce type de problématique, notre vision est de croiser les besoins des entreprises en matière d’industrialisation et les opportunités du territoire pour co‐construire le dispositif d’accélération industrielle le plus pertinent.

Pour les startups, CoopIndus facilite l’industrialisation des produits innovants combinant matériel et logiciel : définir les processus et acteurs pour passer de la preuve de concept à la première série. Elle offre une communauté, des services, un label et un financement.

Notre action donne confiance aux fournisseurs et aux financeurs de la startups, elle favorise les circuits courts au bénéfice de la supply chain de proximité, elle facilite le dialogue et la confiance entre les acteurs.

Pourquoi une approche coopérative ?

Les startups sont responsables. Les fournisseurs sont compétents. Il ne s’agit pas de se substituer aux uns ou aux autres. Nous croyons aux vertus d’une place de marché ouverte où les acteurs peuvent plus facilement se rencontrer, partager leurs expériences, parler le même langage, constuire des solutions ensemble.

Les outils de CoopIndus permettent à chacun d’organiser le processus d’industrialisation qui lui convient. Nous croyons que les acteurs de première ligne sont les mieux placés pour décider ce qu’il faut faire ou ne pas faire. La coopérative leur donne un cadre de vocabulaire d’industrialisation, avec les grandes étapes, les thèmes, risques et documents à considérer. Ces outils encouragent des tours d’horizon complets avant et pendant l’exécution d’une tâche.

Les coopérateurs impliqués dans une même supply chain voient leurs coûts de transaction réduits. Ils passent moins de temps à se comprendre, à rédiger des contrats, à échanger et à valider des documents. Les coûts d’avant-vente sont réduits pour les fournisseurs. Les risques contractuels sont réduits pour les deux parties.

Le fonctionnement coopératif encourage la diversité, l’émulation et le partage d’expérience entre tous les acteurs.

Toutes les parties prenantes ont intérêt à ce que la startup réussisse. Qu’il s’agissent d’un bureau d’étude, d’un fournisseur ou d’une banque, tous ont intérêt à ce que la startup soit la mieux positionnée pour réussir à fabriquer et à vendre ses produits.

Les étapes de la construction

Entre mai 2017 et mars 2018, nous avons mené une étude de définition en mode lean. L’étude a consisté à tester et constuire la proposition de valeur de l’accélérateur. L’étude des besoins des startups, via des enquêtes et rencontres de différents acteurs, a permis d’identifier une problématique précise : Comment maitriser les délais et les risques de la phase d’industrialisation ? Pour y répondre, nous avons expérimenté des briques de solutions avec des volontaires, nous avons résumé les connaissances partagées dans un outil pédagogique et nous avons animé une communauté coopérative pour évaluer un marché et entretenir un esprit collaboratif favorisant le partage de compétences et d’expériences.

À fin mars 2018, nous disposions d’une communauté dense et dynamique attestant d’un marché potentiel, d’un outil concret à destination des startups pour le management de leur industrialisation, et d’une forte attente de la part de l’ensemble des acteurs pour rassembler les pièces des expérimentations en un ensemble cohérent.

À fin juin 2018, French Tech in the Alps et Inovallée ont décidé de fonder une coopérative ouverte.  Dans un premier temps, une association a été créée le 30 août 2018, en vue de la transformation en société coopérative d’intérêt collectif au deuxième semestre 2018.

Au-delà de la valorisation des compétences industrielles et de supply chain au service des jeunes entreprises du territoire, ce projet permettra :

  • la garantie plus forte d’une transition réussie entre la phase de R&D (largement soutenue par les dispositifs publics) et la phase de développement économique génératrice de richesse et d’emplois sur le territoire
  • la dynamisation industrielle du territoire avec un ancrage plus fort sur le long terme des entreprises et des emplois
  • le soutien à la création d’activités nouvelles pour contribuer encore plus fortement au développement économique local et à l’innovation,
  • Un renforcement des coopérations sur le terrain des structures d’accompagnement autour des problématiques industrielles

A propos de CoopIndus.fr, Mentions légales

  • CoopIndus est issue d’un projet conjoint entre French Tech in the Alps Grenoble et l’incubateur Tarmac d’Inovallée.
  • Association loi 1901 créée le 30 août 2018. Son siège est au Totem de French Tech in the Alps, 16 boulevard Maréchal Lyautey, 38000 Grenoble. Déclaration de création n° W381020476 auprès de la Préfecture de l’Isère.
  • Ce site est hébergé chez PHPNET FRANCE, 97-97 bis rue Général Mangin, 38100 GRENOBLE.
  • Le webmestre et directeur de la publication est Laurent Ponthieu (nous écrire).
  • En matière de données personnelles, ce site et les services associés (annuaire, newsletter) fonctionne exclusivement sur le principe du “opt-in”.  Vous pouvez demander à tout moment communication ou destruction des données personnelles vous concernant.

Merci à nos soutiens

L’étude de définition a été est cofinancée par La Région Auvergne-Rhône-Alpes, French Tech in the Alps Grenoble, UDIMEC, La Communauté de Communes des Pays du Grésivaudan et Grenoble Alpes Métropole.